• Un peu de poésie...

    Regarder les nuages qui se déforment…

     

    Les nuages, ils nous ont fait rêver toute la nuit, si doux, si légers. Ils se déforment dans le ciel, tantôt blancs, tantôt gris. Ces nuages gris nous font peur, tellement que l’on doit aller se réfugier sous un toit, ou bien sous notre chère maison. Les nuages blancs, eux, sont si gentils qu’ils se déforment pour nous charmer dans le ciel bleu de l’atmosphère rayonnante. On va se coucher dans l’herbe du printemps, allongé en regardant les grands nuages mais aussi les petits en forme de dragons chinois, de personnages de dessins animés blancs. On repense au passé. Mais les nuages gris sont grognons, tellement grognons qu’ils s’entrechoquent et après… Il pleut, ils pleurent, tristement. Ils sont déformés maintenant. Ils se pardonnent entre eux, redeviennent tous blancs et défilent à nouveau dans le ciel bleu. Et ainsi de suite, tout le monde retrouve le sourire. Les nuages ont une vie si paisible ; ils restent en l’air sans retomber sur nos têtes. Ils se font chatouiller par le vent du Sud et aussi celui du Nord. Ils nous font rêver jusqu’à ce que nos parents nous disent de revenir au foyer, la maison. On va se coucher dans notre lit douillet et on ferme les yeux. On repense aux nuages flottant dans l’atmosphère qui nous réchauffe le cœur et on s’endort à poings fermées toute la nuit, paisible et tendre.

     

    Ce très joli texte a été écrit par Julien, 6e primaire, dans le cadre d'un exercice d'écriture de nouvelles.